Mamadou Oury : technicien Poseur

par Webmestre 2 de RESF78

Je suis parti de mon pays d’origine suite à de graves problèmes de famille. Je ne savais pas où j’arriverai.

Après un parcours très difficile, je suis finalement arrivé en France au mois de mai 2014. J’ai été pris en charge par l’ASE (aide sociale à l’enfance) comme la plupart des jeunes isolés qui arrivent en France.

Heureusement pour moi j’ai été scolarisé dans un lycée professionnel où j’ai toujours essayé d’avoir ma place parmi les meilleurs élèves de ma classe. J’ai préparé un CAP « signalétique, enseigne et décor ». Je rêvais de devenir designer en communication numérique.

Malheureusement pour moi, la prise en charge de l’ASE fut de courte durée. A l’approche de ma majorité, j’ai effectué une demande de contrat jeune majeur auprès de l’ASE qui n’a pas abouti.

Le jour de ma majorité, je suis rentré après les cours et j’ai trouvé toutes mes affaires à l’accueil de l’hôtel où j’étais logé. J’allais devenir SDF. Grâce au réseau RESF78, j’ai trouvé un toit dans une famille qui m’a accueilli, appris, accompagné, aidé, conseillé. A compter de ce jour, j’ai décidé de fournir plus d’efforts pour réussir et donner raison aux personnes qui m’ont tendu la main.

« Ne pas rester seul, se donner des buts,
ne jamais se décourager et réussir...
 »

Mais je devais devenir autonome au plus vite. Je n’ai donc pas pu poursuivre mes études. J’ai effectué mon dernier stage professionnel dans une entreprise qui correspondait totalement à ce que je faisais au lycée. J’ai réussi à donner un bonne impression au patron de la société et ai alors obtenu une promesse d’embauche en CDI dès l’obtention de mon CAP. Cela a ensuite facilité ma régularisation. J’ai obtenu un titre de séjour « salarié ». Au mois de juillet 2018 j’aurai 2 ans d’ancienneté dans cette boite où j’occupe un poste de technicien poseur et polyvalent.
Aujourd’hui je suis fier d’avoir fourni tous ces efforts. Je suis indépendant et je continue à suivre des cours de styliste en ligne que je paye. Je suis heureux de voir que je suis sur le bon chemin pour un devenir meilleur sur le plan professionnel. Je m’épanouis aussi dans ma vie sociale ; je continue toujours à faire des connaissances avec des personnes bien.
Pour moi, faire ce témoignage, c’est pour remonter le moral des jeunes qui sont sur la même voie que j’ai empruntée. Le courage et le travail finissent toujours par payer.
Pour moi RESF, c’est plus qu’un réseau, c’est aussi ma famille. J’espère une longue vie à ce réseau qui, nuit et jour, sont là pour accompagner les jeunes et familles sans papiers.

Mais je devais devenir autonome au plus vite. Je n’ai donc pas pu poursuivre mes études. J’ai effectué mon dernier stage professionnel dans une entreprise qui correspondait totalement à ce que je faisais au lycée. J’ai réussi à donner un bonne impression au patron de la société et ai alors obtenu une promesse d’embauche en CDI dès l’obtention de mon CAP. Cela a ensuite facilité ma régularisation. J’ai obtenu un titre de séjour « salarié ». Au mois de juillet 2018 j’aurai 2 ans d’ancienneté dans cette boite où j’occupe un poste de technicien poseur et polyvalent.

Aujourd’hui je suis fier d’avoir fourni tous ces efforts. Je suis indépendant et je continue à suivre des cours de styliste en ligne que je paye. Je suis heureux de voir que je suis sur le bon chemin pour un devenir meilleur sur le plan professionnel. Je m’épanouis aussi dans ma vie sociale ; je continue toujours à faire des connaissances avec des personnes bien.

Pour moi, faire ce témoignage, c’est pour remonter le moral des jeunes qui sont sur la même voie que j’ai empruntée. Le courage et le travail finissent toujours par payer.

Pour moi RESF, c’est plus qu’un réseau, c’est aussi ma famille. J’espère une longue vie à ce réseau qui, nuit et jour, sont là pour accompagner les jeunes et familles sans papiers.