Petit déjeuner du lundi 22 janvier 2018

(actualisé le ) par Webmestre 2 de RESF78

La pluie, souvent battante, n’a pas été franchement dissuasive par rapport à la formation de la file d’attente. Donc beaucoup de parapluies dans les rangs.(1)
7h : il y a 66 personnes,
7h30 : elles sont 92,
8h : le décompte donne 105,
8h30 : 135 au moment de l’ouverture des portes.

Un somalien indique être venu à 19h, deux tibétains à 21h, 1 mauritanien (qui a loupé le petit déjeuner) à 22h, une angolaise à 23h et 4 tibétain(e)s à minuit. Le 25ème est arrivé à 5h du matin.
Il n’a pas été facile de discuter car malgré l’établissement d’une liste (2), les premiers se serraient les uns contre les autres pour éviter la venue d’intrus.(3)

Il y a au départ 100 tickets asile, portés rapidement à 120 et épuisés dès 9h.

550 personnes sont passées par le portique de sécurité à 13h et certainement plus d’une centaine en dehors.
Nous étions 9 bénévoles au petit déjeuner.

(1) L’architecte des Bâtiments de France n’a jamais voulu ajouter un auvent sur le mur de la préfecture, pour permettre aux personnes qui attendent d’être un peu protégées des intempéries : la préfecture est dans le périmètre sauvegardé du Château de Versailles.

(2) Très fréquemment, les personnes qui attendent depuis la veille, établissent une liste chronologique de leur arrivée à la file d’attente de la préfecture. Comme rien ne prouve la véracité de cette liste (trafic d’argent, copinage, usage de la force...), les associations présentes à l’ouverture de la porte n’ont jamais voulu la cautionner, comme la préfecture d’ailleurs.

(3) L’arrivée à la dernière minute de personnes "inscrites sur la liste", pose souvent problème car la violence, verbale et parfois physique, oblige la police, toujours présente à 8h30 dans ou à la porte de préfecture, à intervenir, matraques levées si besoin...